Utopie : mode d'emploi

Publié le par Aurelynx

Vivre dans un monde utopique, quoi de plus irréaliste? C'est inimaginable parce que l'on sait pertinemment qu'une utopie est un monde rêvé représentant toutes nos valeurs et nos désirs. Mais ceci implique quelques inconvénients. Tout d'abord parce que vivre en un lieu idyllique inspire nécessairement un mode de pensée commune. Entrons à présent dans l'univers impitoyable des stéréotypes et des similitudes.

Dans un monde de rêve, nous ne sommes plus soumis aux mêmes maux. Je dirais même plus, nous ne sommes soumis à aucun mal. C'est l'intérêt de l'utopie: faire d'un lieu ordinaire un monde de parfait bonheur. Un bonheur relatif et subjectif, dans lequel les violences, l'hérésie, la peur et la haine n'ont pas de place.

Mais nous savons pertinemment que chaque individu vit différemment tous les facteurs socioculturels qui l'entoure. Par exemple une personne ne supportera pas l'impact de l'argent alors qu'un autre recherchera son contact. Nous avons tous des points de vue divergents. Notre propre rêve se révèle donc extrêmement personnel puisque basé sur des choix qui nous sont propres. La vie de chacun étant différente de celle des autres, nous avons tous nos rêves personnels, et nous sommes perpétuellement en quête d'un idéal.

Créer un monde utopique se révèle alors gênant, non pas par manque de moyens financiers mais parce que nous y serions désespérément seuls. Le monde paradisiaque s'efface, sauf si vous rêviez d'être seul au monde.

Cependant quelques caractères sont immuables. Le temps par exemple. Dans n'importe quel monde, utopique ou réel, le temps joue un rôle. Nous ne pouvons l'éliminer de nos préoccupations. Certes vous pouvez choisir de vivre sans vous en soucier mais vous ne pouvez l'annuler. Dés qu'il existe une action -ne serait-ce que votre présence- il existe un début et une fin à cette action. Le temps est donc toujours présent. Le temps, la gravitation, le besoin d'imposer son existence au monde environnant, ... autant de paramètres que l'on ne peut annuler.

Pensons à nos amis rêveurs et utopistes de tous poil. Rêver d'un monde meilleur est bien joli mais pourquoi ce besoin de s'évader? S'il y a un malaise il faut le régler. Rêver est une possibilité de secours, un échappatoire, mais il ne change rien à la vie collective. Il s'agit d'une solution passive, qui n'entraîne en rien une action de changement de groupe. Alors plus on rêve moins on désire revenir à la vie ordinaire. Mais peut-on réellement vivre dans nos songes? Je pense qu'en définitive nos rêves peuvent nous servir à envisager un monde meilleur, quasi-utopique, permettant de trouver des points communs avec les personnes qui nous entourent pour se regrouper et ensuite mener certaines actions permettant de concrétiser un idéal commun.

Publié dans Article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article