La vie du papier (119 ans plus tard)

Publié le par Aurelynx

« Neuf heures du matin. Un ciel d'alouette. Une belle rosée de septembre, baignant les gazons. Un air vif, pur, léger, qui fouette à la fois le corps et la pensée. »

Il est posé face à moi. Il s'agit d'un magnifique livre, écrit par J. Bret. Messieurs De Cisay. Sa couverture est bleue marine, comme plastifiée, le papier est tacheté et bruni par le temps. Le temps a eu largement l'occasion de faire son œuvre puisque cet exemplaire a été édité en 1888. Presque un siècle avant ma naissance. Ce livre est un trésor, il à vécu jusqu'à six fois ma propre vie à ce jour. Il est passé de main en main, les pages ont été tournées par bien des gens avant moi.
Sur la tranche il est inscrit en lettres dorées le nom de l'auteur ainsi que le titre de l'œuvre. Rien de formidable si j'en juge pas les milliers de livres que j'ai pu avoir la chance de saisir entre mes doigts, mais celui-ci est tellement particulier, tellement plus précieux à mes yeux.
Sans doute le nom de l'auteur ne vous dit rien, il aurait mieux valu pour moi qu'il s'agisse d'une œuvre de Victor Hugo, mais non.

C'est un chef-d'œuvre à sa façon. Il a su traverser les ans. Ce livre possède une histoire toute aussi singulière que celle dont il nous apporte les phrases. Combien de guerres a-t-il vu défiler ? Dans combien de greniers poussiéreux a-t-il séjourné ? Il ne mesure peut être pas plus de vingt centimètres de long, mais il a plus de vie que la plupart d'entre nous sur cette planète.

Et vous, restez vous aussi imperturbable à l'épreuve du temps ? Parce qu'au final, l'histoire de ce livre ne changera jamais... alors que nous...

Publié dans Article

Commenter cet article